Principal Trachéite

Os alvéolaire

L'os alvéolaire lui-même (la paroi des alvéoles dentaires) est une fine plaque osseuse (0,1-0,4 mm) qui entoure la racine de la dent et sert de lieu de fixation des fibres du ligament parodontal. Ce dernier y pénètre sous forme de fibres perforantes (Sharpeevsky), qui provoquent sa striation, généralement dirigée à un angle par rapport à l'axe de la racine de la dent. Sur sa surface, de nombreux trous sont révélés (canaux perforants ou de Folkman à travers lesquels pénètrent les vaisseaux sanguins et lymphatiques et les nerfs), ce qui lui donne parfois le nom de plaque en treillis (lat.lamina cribrosa, eng..

Sur le plan histologique, l'os alvéolaire lui-même est constitué d'un tissu osseux lamellaire typique, dans lequel se trouvent des ostéons, une insertion et des plaques communes. Il contient également un type spécial de tissu osseux, appelé os du faisceau, car des faisceaux de fibres du ligament parodontal y sont attachés. L'os du faisceau présente certaines caractéristiques par rapport à l'os lamellaire habituel. Il se caractérise par une teneur plus faible en fibrilles de collagène et une teneur plus élevée en substance principale (ceci est associé à sa couleur plus foncée

sur coupes histologiques colorées), ainsi qu'une concentration plus élevée de minéraux. L'os du faisceau est soit la seule variante du tissu osseux de la paroi alvéolaire, soit est situé au-dessus du tissu osseux lamellaire habituel, en le séparant clairement par une ligne de démarcation. L'os du faisceau est plus prononcé dans les zones de restructuration dynamique du tissu osseux, en particulier, lors de l'éruption des dents et de leur mouvement (par exemple, sur la surface distale des alvéoles avec dérive dentaire médiale physiologique).

En termes de composition biochimique, le tissu osseux des processus alvéolaires ne diffère pas de celui des autres parties du squelette: 45 à 50% de sa masse sont des substances inorganiques, 25 à 30% est organique, 25% est de l'eau.

L'os alvéolaire de soutien comprend:

(a) un os compact, formant les parois externe - la paroi faciale (vestibulaire, buccale ou labiale) et interne (linguale ou orale) du processus alvéolaire, également appelées plaques corticales du processus alvéolaire;

(b) un os spongieux remplissant les espaces entre les parois du processus alvéolaire et l'os alvéolaire proprement dit. Ses trabécules redistribuent les forces qui agissent lors des mouvements de mastication sur l'os alvéolaire proprement dit, les transférant vers les plaques corticales, par conséquent, leur orientation correspond à la direction des forces agissant sur l'alvéole. Entre les trabécules osseuses, il y a des espaces médullaires remplis de moelle rouge dans l'enfance et de moelle jaune chez l'adulte. Souvent, en raison des particularités de l'emplacement des dents dans les processus alvéolaires et de l'épaisseur importante des plaques corticales, l'os alvéolaire lui-même fusionne partiellement avec les plaques corticales et l'os spongieux qui les sépare est absent.

Reconstruction du processus alvéolaire

Le tissu osseux du processus alvéolaire, comme tout autre tissu osseux, a une plasticité élevée et est dans un état de restructuration ou de remodelage constant. Ces derniers comprennent des processus équilibrés de résorption osseuse par les ostéoclastes et son néoplasme par les ostéoblastes. Le remodelage continu assure l'adaptation du tissu osseux aux charges fonctionnelles changeantes et a lieu à la fois dans les parois des alvéoles dentaires et dans l'os de soutien du processus alvéolaire.

Os alvéolaire - le lit osseux pour les dents

Le processus alvéolaire est la zone de l'os des mâchoires supérieure et inférieure, où les racines des dents sont situées dans des trous spéciaux. Le processus de la mâchoire supérieure est également appelé la crête alvéolaire. Il est lacé de canaux par lesquels passent les vaisseaux sanguins et les nerfs.

Le processus consiste en une paroi externe (s'étend jusqu'aux joues et aux lèvres), une paroi interne (s'étend au palais dur et à la langue) et une substance spongieuse avec des alvéoles dentaires (trous) dans lesquelles les dents sont placées.

Dent extraite - une menace pour le tissu osseux

Une caractéristique de cette partie du corps humain est que le processus alvéolaire change tout au long de la vie avec nos dents. Sa hauteur dépend de l'âge, des défauts dentaires et des maladies.

Si ce processus est déformé, il réduit considérablement la possibilité d'une chirurgie dentaire et menace la santé de la cavité buccale..

Plusieurs facteurs peuvent entraîner une déformation:

  • structure spéciale de la mâchoire;
  • déformation congénitale du processus alvéolaire;
  • changements dans le tissu osseux associés à l'âge;
  • extraction dentaire avec la racine;
  • blessures à la mâchoire, à la suite desquelles le processus inflammatoire a commencé;
  • prothèse instable;
  • diverses maladies somatiques.

Le problème pour les patients et les dentistes est qu'après l'extraction dentaire, l'os alvéolaire commence toujours à s'atrophier. Et cela rend impossible la réalisation d'implantation intra-osseuse et crée de sérieuses difficultés dans le traitement des patients utilisant des prothèses amovibles et fixes.

Les scientifiques ont montré qu'au cours des 3 premières années suivant l'extraction dentaire, le volume osseux de l'appendice diminue de 40 à 60%. Ensuite, le processus de destruction se poursuit et la personne perd de 0,5% à 1% du volume osseux par an.

Le tissu osseux peut être construit

Par conséquent, en dentisterie moderne, la cavité laissée après l'extraction dentaire est généralement remplie d'un matériau spécial, ce qui vous permet de préserver le tissu osseux et d'installer des implants à l'avenir. Même si les prothèses ne sont pas prévues, il est tout de même important de préserver la crête alvéolaire, car son intégrité affecte l'état de l'ensemble de la mâchoire. Par exemple, l'extraction des dents de sagesse doit également se terminer par le remplissage des vides avec un matériau de remplacement osseux afin de préserver les dents adjacentes..

Si, après l'extraction de la dent, il est prévu d'installer un implant, cela ne peut être fait que 4 à 6 mois après le remplissage du trou avec du matériau osseux. Bien que dans la dentisterie chirurgicale moderne, il existe des mini-implants qui conviennent même avec une petite hauteur du processus alvéolaire, mais leur utilisation n'est pas possible dans tous les cas.

Une opération visant à augmenter le volume du tissu osseux est appelée lifting des sinus.

Dans certains cas, le patient nécessite une chirurgie plastique de l'os alvéolaire. Il existe plusieurs façons de corriger cette partie. Si les processus présentent des anomalies de structure, une alvéoloplastie est utilisée pour éliminer les défauts.

Avec une atrophie osseuse importante, les chirurgiens dentistes effectuent une opération pour construire la masse osseuse. Dans ce cas, le propre tissu osseux du patient ou des matériaux artificiels (par exemple, un type de phosphate de calcium) peuvent être utilisés.

Dans tous les cas, un dentiste qualifié fera tout son possible pour minimiser la perte de tissu osseux du patient et effectuera toutes les manipulations nécessaires pour que vos dents remplissent parfaitement leurs fonctions, même si des prothèses sont installées à la place de parents..

Nos cliniques à Moscou et Saint-Pétersbourg

Le réseau de cliniques iOrtho comprend quatre cliniques: trois à Moscou et une à Saint-Pétersbourg.

Os alvéolaire

processus alvéolaire - (processus alvéolaire, PNA, BNA, JNA) crête osseuse arquée, qui est une continuation du corps de la mâchoire supérieure vers le bas; sur le bord inférieur du A. o. il y a 8 alvéoles de dents... Big Medical Dictionary

Os du crâne facial - La mâchoire supérieure (maxillaire) (Fig. 59A, 59B) est un hammam, participe à la formation de l'orbite, des cavités buccale et nasale, des fosses infratemporales et ptérygopalatine. La combinaison, les deux mâchoires supérieures, ainsi que les os nasaux, limitent l'ouverture menant à la cavité nasale et...... Atlas de l'anatomie humaine

Mâchoire supérieure - La mâchoire supérieure, maxillaire, hammam, est située dans la partie antérieure supérieure du crâne facial. Se réfère au nombre d'os aériens, car il contient une vaste cavité bordée d'une membrane muqueuse, le sinus maxillaire, le sinus maxillaris. Dans... l'Atlas de l'anatomie humaine

MÂCHOIRES - MÂCHOIRES. Le maxillaire apparié (maxillaire) est l'os pneumatique le plus léger et le plus fragile et est étroitement suturé à la plupart des os du squelette facial. Palais | sa branche est connectée à la paire par | un type particulier de synarthrose...... Grande encyclopédie médicale

Mâchoires - 1) chez les animaux, organes d'origines diverses, servant à capturer et à broyer la nourriture. Représentants de divers systématiques. les groupes de Ch. ont une structure différente et sont formés dans le processus de développement individuel à partir de différents rudiments,...... Grande Encyclopédie Soviétique

Os de la tête (crâne) -... Atlas d'anatomie humaine

ALCOOL NATUREL - ALCOOL NATUREL, Ammonium causticum solutum (plus correctement Ammonia Cau stica soluta), Liqueur Ammonii caustici, solutions aqueuses d'ammoniaque (voir) de différentes concentrations. La solution officielle est de 10%, bat. dans. 0,959 0,960, représentant...... Grande encyclopédie médicale

MÂCHOIRES - 1) organes pour saisir et (souvent) écraser la nourriture chez un certain nombre d'invertébrés et la plupart des vertébrés. 2) Base osseuse cf. et plus bas. parties du visage (haut et bas. Ch.) chez l'homme. Avec les tissus environnants, ils assurent la mastication et la parole. Figure: 1... Sciences naturelles. Dictionnaire encyclopédique

Mâchoires - les plus gros os du crâne facial; avec les pommettes forment la base osseuse du visage et déterminent sa forme; participer à la formation des parois osseuses de la cavité buccale, du nez et des orbites; sont les composants anatomiques les plus importants...... Encyclopédie médicale

NAVIRES SANGUINS - NAVIRES SANGUINS. Contenu: I. Embryologie. 389 P. Croquis anatomique général. 397 Système artériel. 397 Système veineux.... 406 Tableau des artères. 411 Table de veine....... Grande encyclopédie médicale

Os alvéolaire

L'os alvéolaire est l'un des composants du parodonte. Les processus alvéolaires de la mâchoire supérieure et de la partie alvéolaire de la mâchoire inférieure sont constitués des plaques corticales externe et interne et de l'os spongieux situé entre elles. L'espace entre les trabécules de l'os spongieux est rempli de moelle osseuse rouge dans l'enfance et l'adolescence, qui, à mesure que le corps vieillit chez l'adulte, est progressivement remplacé par du jaune. Le tissu osseux des alvéoles des dents a ses propres caractéristiques structurelles, déterminées par les spécificités de la fonction de certains groupes de dents, fournissant de la nourriture à mordre ou à mâcher. Les plaques corticales du processus alvéolaire de la mâchoire supérieure sont beaucoup plus minces que celles de la partie inférieure. L'épaisseur de la plaque corticale varie sur les côtés buccal et lingual. Dans la zone des incisives et des prémolaires du côté buccal des dents, il est nettement moins que du côté lingual. Dans la région molaire, la plaque corticale est plus fine du côté lingual. Sur la mâchoire inférieure, l'épaisseur de la plaque compacte externe est la plus grande du côté vestibulaire dans la région des molaires, la plus petite - dans la région des canines et des incisives [1, 2, 3, 4, 7].

L'os spongieux est constitué de cellules séparées par des trabécules osseuses, avec une structure à mailles fines dans la mâchoire inférieure et une structure à grandes mailles dans la mâchoire supérieure. La microdureté de l'os alvéolaire est différente: les régions frontales ont une microdureté plus faible que les parties latérales des mâchoires [4, 5, 6, 7].

En ce qui concerne la composition chimique de l'os des processus alvéolaires, il est nécessaire de noter sa teneur en 30 à 40% de matière organique (principalement collagène) et 60 à 70% de sels minéraux et d'eau. Dans la mâchoire inférieure, le niveau de minéralisation des structures osseuses est différent. La plus grande minéralisation est notée dans le corps de la mâchoire, dans une moindre mesure - à la base de la région alvéolaire de la mâchoire inférieure. Les indices de minéralisation les plus faibles sont caractéristiques des ostéons ou du système haversien de l'os alvéolaire interdentaire [4, 5, 6, 7].

Une plaque compacte et un système de trabécules orientées de manière correspondante de l'os spongieux forment la base pour recevoir et transmettre la charge. L'os mandibulaire est plus rigide que l'os tubulaire long.

La fonction normale du tissu osseux, l'intensité de son renouvellement sont déterminées par l'activité des éléments cellulaires: ostéoblastes, ostéoclastes, ostéocytes. Les propriétés mécaniques du tissu osseux, sa résistance et son élasticité dépendent de la teneur en collagène. La mâchoire, comme tout os du squelette, subit des déformations élastiques sous contrainte mécanique. Sous contrainte mécanique sur les dents, des potentiels électriques biphasés d'une amplitude de 0,5 à 1,0 mV apparaissent dans la mâchoire, qui sont considérés comme des convertisseurs mécano-électriques ou des signaux piézoélectriques. Les champs électriques générés par l'effet piézoélectrique servent d'intermédiaire entre la tension dans les processus osseux, physico-chimique et cellulaire. L'amplitude des potentiels de charge est déterminée par la valeur de la charge sur l'os, le degré de sa déformation, l'angle entre la direction de la pression et l'axe de symétrie de la partie chargée de l'os. Lorsqu'une dent est déplacée dans les limites de sa mobilité physiologique, un signal piézo de 0,8 mV apparaît dans l'os alvéolaire, l'amplitude maximale du signal piézo peut atteindre 5,0 mV [3, 4, 5, 6, 7].

Les racines des dents sont fixées dans les creux de la mâchoire - les alvéoles. Il y a 5 parois alvéolaires - vestibulaire, linguale, médiale, distale et inférieure. Les dimensions linéaires des alvéoles sont plus courtes que la longueur de la racine de la dent correspondante, et donc le bord des alvéoles n'atteint pas le niveau de la jonction émail-ciment. En raison du parodonte, l'apex de la racine n'adhère pas étroitement au fond des alvéoles [4, 5, 6, 7].

Apport sanguin et innervation de l'os alvéolaire

L'os de la mâchoire est abondamment alimenté en sang de l'artère carotide externe et de ses branches. Une caractéristique de l'apport sanguin à la mâchoire inférieure est la circulation collatérale intensive, qui peut lui fournir un flux sanguin pulsé de 50 à 70%. En outre, la mâchoire inférieure a une source supplémentaire de nutrition à travers le périoste du muscle masséter lui-même, grâce auquel elle reçoit 20% supplémentaires du sang. La présence des parois rigides des canaux haversiens empêche des changements rapides de la lumière vasculaire. Le système vasculaire des mâchoires fournit un apport sanguin à la moelle osseuse qui y est contenue en raison de la présence de larges sinusoïdes. Le grand diamètre des sinusoïdes ralentit la vitesse du flux sanguin et les parois minces créent des conditions pour l'échange non seulement de substances solubles, mais également de cellules sanguines - érythrocytes et leucocytes. L'os alvéolaire présente un grand nombre d'anastomoses à travers le périoste avec le parodonte et la membrane muqueuse. Le réseau capillaire dans l'os est extrêmement intense, ce qui entraîne une faible distance de diffusion d'environ 50 μm entre le sang et les cellules osseuses [4, 5, 6, 7].

L'intensité du flux sanguin dans les os de la mâchoire est nettement plus élevée que dans les autres os du squelette. Par exemple, dans la partie frontale de la mâchoire supérieure, le débit sanguin est de 12-13 ml / min / 100 g, dans la même partie de la mâchoire inférieure - 6-7 ml / min / 100 g. Dans d'autres os, l'intensité du flux sanguin varie dans les 2-3 ml. / min / 100 g. Du côté de travail de la mâchoire, le débit sanguin est de 20 à 30% de plus.

Les vaisseaux de la mâchoire inférieure et supérieure, comme les vaisseaux des autres zones, ont un ton vasculaire basal et neurogène prononcé. Les impulsions toniques vers ces vaisseaux proviennent du centre vasomoteur bulbaire le long des fibres nerveuses s'étendant du ganglion sympathique cervical supérieur. De plus, la possibilité d'innervation des vaisseaux de la mâchoire supérieure par des fibres parasympathiques n'est pas exclue, comme indiqué par la proximité des noyaux du nerf trijumeau avec le nœud de Gasser [4, 5, 6, 7].

La fréquence moyenne des impulsions toniques dans les fibres vasoconstricteurs de la région maxillo-faciale est de 1 à 2 impulsions / s. Les impulsions toniques maintiennent le tonus des vaisseaux résistifs (petites artères et artérioles), car le tonus neurogène prévaut dans les vaisseaux de la région maxillo-faciale. Les réactions vasoconstrictrices des vaisseaux résistifs de la région maxillo-faciale et de la pulpe dentaire sont dues à la libération de norépinéphrine et à son interaction avec les récepteurs α-adrénergiques des vaisseaux. L'interaction du médiateur avec les récepteurs β-adrénergiques conduit à leur expansion. Il faut venger qu'en plus des récepteurs α- et β-adrénergiques, il existe des récepteurs cholinergiques dans les vaisseaux de la mâchoire, qui sont excités par interaction avec l'acétylcholine et provoquent une vasodilatation. Il convient de noter que les fibres nerveuses cholinergiques peuvent appartenir à la fois aux parties sympathique et parasympathique du système nerveux autonome. Les centres d'innervation parasympathique des vaisseaux de la tête et du visage sont les noyaux des nerfs crâniens, en particulier VII (corde tympanique), IX (nerf glossopharyngien) et X (nerf vague). Dans les vaisseaux de la région maxillo-faciale, un mécanisme de «régulation du tonus selon le type axon-réflexe est également possible. Ainsi, lors de la stimulation du nerf mandibulaire, qui est principalement afférent, on trouve des effets vasomoteurs dus à la conduction antidromique de l'excitation [1, 2, 3, 4, 7].

La lumière des vaisseaux de la région maxillo-faciale et des organes de la cavité buccale peut également changer dans le contexte des effets humoraux des catécholamines. Ainsi, en cas d'infiltration ou d'anesthésie par conduction, lorsqu'une solution à 0,1% d'adrénaline est ajoutée à la solution de novocaïne, un effet vasoconstricteur local se produit. Il est possible que la haute sensibilité des vaisseaux de la région maxillo-faciale au médiateur du système nerveux sympathique assure également une redistribution rapide du flux sanguin à l'aide de shunts artério-veineux lors de changements brusques de température, ce qui joue un rôle protecteur pour les tissus parodontaux [4, 5, 6, 7].

Les terminaisons nerveuses de la mâchoire ne répondent pas à l'irritation mécanique des tissus de la cavité buccale. Le nerf sensoriel commun aux organes de la cavité buccale est le nerf trijumeau, ses deuxième et troisième branches (nerfs maxillaire et mandibulaire). La majeure partie des fibres du nerf trijumeau sont afférentes, procurant une innervation sensorielle. Dans la zone du sommet des dents, se forment des plexus nerveux, à partir desquels les fibres nerveuses atteignent les alvéoles par les canaux nutritionnels des processus alvéolaires. La branche nerveuse se divise à l'apex de la dent et ses fibres sont dirigées vers la pulpe de la dent et le parodonte avec les vaisseaux sanguins. Dans le parodonte, les fibres nerveuses forment des plexus dans les couches de tissu conjonctif lâche. Les branches terminales sont parallèles à l'axe de la dent avec une légère inclinaison par rapport aux faisceaux de fibres de collagène. Le plus grand nombre de terminaisons nerveuses se trouve dans les tissus parodontaux dans la zone de l'apex radiculaire. Les extrémités ressemblent à des glomérules et des buissons, appartiennent à la catégorie des barorécepteurs, régulent le degré de pression de mastication. Des fibres nerveuses sympathiques non myélinisées assurant la fonction trophique ont également été trouvées dans les tissus parodontaux [1, 2, 3, 4, 6, 7].

Le parodonte en tant que complexe de tissus étroitement interconnectés entourant et fixant les dents est une unité embryologique et physiologique, qui détermine non seulement l'unidirectionnalité des fonctions, mais aussi la possibilité d'une implication simultanée dans le processus pathologique de divers composants du parodonte [4, 5, 6, 7].

Quel est le processus alvéolaire de la mâchoire supérieure et inférieure: sa structure, son objectif, les cas de fracture

Le processus alvéolaire est la partie anatomique de l'appareil de mastication humain. Situé sur les mâchoires inférieure et supérieure, il sert à fixer les dents et à les soutenir. Au cours de la croissance et de la vie humaine, les processus alvéolaires subissent des changements. Ils se développent avec la croissance des dents, s'adaptant à eux.

informations générales

Le processus alvéolaire de la mâchoire supérieure et inférieure comprend deux plaques osseuses appelées ostéons. Un os alvéolaire avec une substance spongieuse est situé entre ces plaques..

Si une personne n'a pas de dents pour une raison ou une autre, le besoin d'un processus disparaît et il s'atrophie.

La structure du processus alvéolaire

La paroi externe de l'appendice est appelée vestibulaire, la paroi interne est la palatine. Ils sont reliés en arc vers les extrémités des mâchoires. Les trous sont situés entre les murs, les dents y naissent, puis les dents poussent.

La substance spongieuse dans les trous est similaire en composition et en propriétés au tissu osseux. Il aide à fixer la dent, les racines et une petite partie du cou y sont placées. Les trous contiennent des nerfs, des vaisseaux et des fibres de tissu conjonctif. Les alvéoles sont séparées par des cloisons interdentaires. Pour les dents multi-racines, il existe des cloisons entre les racines. Les parois du processus alvéolaire divergent autant que possible au sixième trou, après le huitième, elles se rejoignent et forment un tubercule de lune.

Les os de la mâchoire sont différents. La mâchoire supérieure est un hammam, se compose de deux parties, divisées au milieu par un pont de liaison. Le processus alvéolaire comporte 8 trous pour les molaires et les alvéoles, dans lesquels les canines et les incisives sont fixées.

L'os de la mâchoire inférieure n'est pas apparié, il se compose de deux branches qui n'ont pas d'articulation au milieu, chacune a 8 alvéoles. Les branches convergent à un angle et forment un arc basal. Chaque personne a un angle individuel et forme la forme de la mâchoire inférieure.

Les dents subissent un stress différent lors de la mastication des aliments. En conséquence, les processus alvéolaires des dents antérieures sont minces et les latéraux sont plus développés, épais. La structure du processus alvéolaire est montrée sur la photo ci-dessous.

Objectif fonctionnel

La tâche des alvéoles est de fixer les dents à la mâchoire de manière à ce qu'elles maintiennent une position stable, ne tombent pas ou ne se relâchent pas. Le processus alvéolaire a une forme arquée. De chaque côté du centre, il y a 8 trous alvéolaires, dans lesquels les racines des dents sont attachées.

Les deux premiers contiennent les racines des incisives, qui ont une forme conique. Les alvéoles 3 à 5 sont destinées aux canines et aux prémolaires à racines ovales. Le trou le plus profond de la canine a une profondeur de 19 mm. Le puits de la prémolaire peut être divisé par un septum interroot. Les trois autres trous contiennent des racines molaires, chacune avec trois partitions. La troisième molaire a un nombre différent de racines, qui diffèrent par la forme, son trou est simple ou divisé par des cloisons, il y a 3 chambres ou plus.

Problèmes potentiels et traitements

Comme dans tout autre organe humain, divers problèmes surviennent au cours du développement et du fonctionnement des processus alvéolaires des mâchoires. Ils peuvent être associés à des processus naturels du corps (croissance et perte des dents). Il existe également des facteurs externes qui ont un impact négatif (blessures, fractures de l'os alvéolaire).

Atrophie

La fonction de la crête alvéolaire est de fixer et de soutenir les dents. Si les dents tombent, la substance commence à s'atrophier en l'absence de stress. La hauteur de l'appendice diminue à des rythmes différents, cela dépend des caractéristiques individuelles de la personne. L'atrophie du processus sur la mâchoire supérieure rend le palais plat et sur la mâchoire inférieure un renflement apparaît.

Si une personne n'a pas de dents, l'atrophie se produit naturellement. Le processus est accéléré si l'atrophie est causée par les maladies suivantes:

  • gingivite;
  • parodontite;
  • l'ostéomyélite;
  • maladie parodontale;
  • l'ostéoporose;
  • caries cervicales.

L'utilisation de prothèses amovibles augmente l'atrophie. Elle peut être causée par une extraction dentaire ou une fracture de la mâchoire. Si l'atrophie n'est pas traitée, le col de la dent est exposé, ce qui entraîne un relâchement et une perte.

Fracture

La mâchoire inférieure est plus susceptible d'être blessée et fracturée que la mâchoire supérieure, malgré le fait que les parois du processus supérieur soient plus minces, plus longues et plus poreuses en raison de la présence de terminaisons nerveuses et de vaisseaux sanguins..

La fracture du processus alvéolaire est divisée en plusieurs types:

  • illumination complète et arquée dans le tissu osseux;
  • incomplet - toutes les couches de tissu osseux sont endommagées sans déplacement;
  • partiel - seule la partie extérieure est endommagée;
  • comminutive - plusieurs fractures se croisant dans différentes directions;
  • une fracture avec un défaut osseux - la zone endommagée du tissu osseux est complètement arrachée.

Les dommages sont souvent accompagnés d'une fracture dentaire. Dans ce cas, il y a des saignements, un gonflement de la zone touchée, une douleur intense, qui s'intensifie lorsque les dents sont serrées. Des lacérations contusionnées peuvent se former sur la membrane muqueuse, éventuellement une malocclusion, des douleurs lors de la déglutition, des dents luxées.

En cas de fracture, des radiographies sont prises. Étant donné que l'os de la mâchoire inférieure est plus dense, la fracture a une forme plus distincte. Le traitement des fractures comprend l'élimination de la douleur, le lissage des fragments, la couture de la plaie.

Fendu

La pathologie se développe dans les embryons. Les os du crâne se forment lorsque le fœtus a environ deux mois. Au moment de la naissance, ils doivent s'emboîter parfaitement. Les facteurs négatifs affectant le développement de l'embryon, l'hérédité, les conséquences du traitement médicamenteux peuvent conduire au fait que les os appariés ne se développent pas ensemble et qu'une fente se forme. Ils l'appellent la fente palatine.

Une fente peut se former dans les os, le palais mou et dur et même la lèvre (fente labiale). Il peut être complet ou partiel, latéral ou au milieu. Sur la mâchoire inférieure, un tel défaut est rarement formé et sur le processus alvéolaire supérieur, les os du palais ne sont pas fusionnés. La chirurgie plastique est utilisée dans le traitement de la pathologie congénitale. Les bords de la crevasse sont suturés.

Comment se déroule le plastique du processus alvéolaire??

Le type de correction requis est choisi en fonction des raisons qui ont entraîné la pathologie. Si le défaut est causé par un développement anormal de l'embryon, la chirurgie plastique est utilisée. Pour cela, les tissus adjacents sont déplacés, des implants sont utilisés. Pour que l'appareil de parole de l'enfant se développe correctement, ils essaient de pratiquer la chirurgie plastique le plus tôt possible.

Si la dent est absente pendant une longue période, le tissu osseux diminue. Ensuite, une accumulation est utilisée pour qu'il devienne possible d'installer une monture pour la dent implantée. La crête alvéolaire est construite à l'aide d'un onlay sur l'os, ou elle est coupée et remplie de biomatériau. En cas de fracture, les fragments sont fixés avec des pneus et des agrafes. La fixation avec une ligature en nylon est possible, elle est fixée dans les trous traversants de l'os.

Alvéole dentaire et os alvéolaire

Quel est l'os alvéolaire?

Les alvéoles dentaires sont séparées les unes des autres par des septa osseux appelés septa interdentaires. De plus, dans les trous des dents multi-racines, il y a également des septa inter-racines s'étendant du bas des alvéoles et séparant la ramification des racines de ces dents..

Structure osseuse alvéolaire

Dans la zone des bords du processus alvéolaire, la plaque corticale se poursuit dans la paroi des alvéoles dentaires.

La paroi mince des alvéoles est constituée de plaques osseuses densément espacées et est traversée par un grand nombre de fibres parodontales de Sharpey. La bande des alvéoles dentaires n'est pas continue. Il contient de nombreuses ouvertures par lesquelles les vaisseaux et les nerfs pénètrent dans le parodonte. Tous les espaces entre les parois des alvéoles dentaires et les plaques corticales du processus alvéolaire sont remplis de substance spongieuse. Les septa interdentaires et inter-radiculaires sont construits à partir du même os spongieux. Le degré de développement de la substance spongieuse dans différentes parties du processus alvéolaire n'est pas le même. Tant sur la mâchoire supérieure que sur la mâchoire inférieure, il se trouve davantage sur la surface buccale du processus alvéolaire que sur la surface vestibulaire. Dans la zone des dents antérieures, les parois des alvéoles dentaires sur la surface vestibulaire sont presque étroitement adjacentes à la plaque corticale du processus alvéolaire. Au niveau des grosses molaires, les alvéoles dentaires sont entourées de larges couches d'os spongieux.

Les poutres de l'os spongieux adjacentes aux parois latérales des alvéoles sont orientées principalement dans le sens horizontal. Dans la zone du bas des alvéoles dentaires, ils prennent une position plus verticale. Cela contribue au fait que la pression de mastication du parodonte est transmise non seulement à la paroi des alvéoles, mais également aux plaques corticales du processus alvéolaire.

Les espaces entre les faisceaux de la substance spongieuse de l'os du processus alvéolaire et les zones adjacentes des mâchoires sont remplis de moelle osseuse. Dans l'enfance et l'adolescence, il a le caractère d'une moelle osseuse rouge. Avec l'âge, cette dernière est progressivement remplacée par une moelle osseuse jaune (ou grasse). Les restes de la moelle osseuse rouge sont conservés le plus longtemps dans la substance spongieuse dans la région des troisièmes molaires.

Restructuration physiologique et réparatrice du processus alvéolaire et de la paroi des alvéoles dentaires. Le tissu osseux des alvéoles dentaires et de la crête alvéolaire subit une restructuration constante tout au long de la vie. Cela est dû à une modification de la charge fonctionnelle tombant sur les dents..

Avec l'âge, les dents s'usent non seulement sur les surfaces de mastication, mais également sur les côtés proximaux (se faisant face). Cela dépend de la présence d'une mobilité dentaire physiologique.

Dans ce cas, un certain nombre de changements se produisent dans la paroi des alvéoles. Sur le côté médial des alvéoles (dans la direction dans laquelle la dent se déplace et exerce la plus grande pression sur elle), l'espace parodontal se rétrécit et la paroi alvéolaire montre des signes de résorption avec la participation d'ostéoclastes. Sur son côté distal, les fibres parodontales sont étirées, et dans la paroi de l'alvéole, les ostéoblastes sont activés et de l'os grossièrement fibreux est déposé.

Dans une mesure encore plus grande, le remodelage de l'os alvéolaire se manifeste dans les interventions orthodontiques associées au mouvement dentaire. La paroi des alvéoles, située dans le sens de la force, subit une pression et, du côté opposé, une tension. Il a été constaté que la résorption osseuse se produit du côté de l'augmentation de la pression et le néoplasme osseux du côté de la traction..

Structure tissulaire parodontale

Continuons notre conversation sur la structure des autres tissus parodontaux. Rappelons-nous d'abord ce qu'ils sont. Tissus parodontaux - structure parodontale (mis en évidence en rouge sur la figure):

  • gencive;
  • ligament parodontal;
  • ciment de racine dentaire;
  • os alvéolaire.

Il est important que les gencives et autres tissus parodontaux aient des fonctions différentes. Le rôle principal des gencives est la protection. Protection des tissus inférieurs contre les influences extérieures. Le ciment, l'os alvéolaire et le ligament parodontal forment ensemble ce que l'on appelle «l'appareil de soutien de la dent». Grâce à ces tissus, la fonction principale du parodonte est remplie - maintenir la dent à sa place, dans le trou.

Ligament parodontal

Le ligament parodontal est le tissu conjonctif qui entoure la dent et la relie à la paroi interne de l'os alvéolaire.

Il commence 1-1,5 mm sous le joint émail-ciment.

Croyez-le ou non, sa largeur (en moyenne) n'est que de 0,2 mm. 0,2 millimètre, Karl! La clarification «en moyenne» s'explique non seulement par les caractéristiques individuelles du ligament parodontal chez différentes personnes, mais aussi par le changement de la charge sur la dent. Dépendance directe: plus la charge est importante, plus le ligament est large.

Les principaux composants du ligament parodontal sont

  • fibres parodontales;
  • cellules;
  • substance intercellulaire (principale);
  • vaisseaux, nerfs.

On dirait quelque chose, n'est-ce pas? Le tissu conjonctif des gencives a une composition similaire:

La similitude n'est pas sans raison, car le ligament parodontal est une extension du tissu conjonctif des gencives avec ses propres caractéristiques, grâce auxquelles sa fonction unique est réalisée.

Quelques mots sur chacun des composants du ligament parodontal.

Fibres parodontales

La principale quantité de fibres parodontales est constituée de collagène de type I. Il est synthétisé dans les fibroblastes. Ensuite, des molécules de tropocollagène se forment, qui forment des microfibrilles, puis des fibrilles, des fils et des faisceaux:

Cette structure de fibres de collagène leur permet d'être à la fois résistantes et flexibles. En coupe longitudinale, ils ont une forme ondulée:

Comme dans le cas du gingival, de nombreuses classifications des fibres parodontales ont été proposées. Selon l'un, 6 groupes de fibres parodontales sont distingués:

  • transseptal;
  • fibres de crête alvéolaire;
  • horizontal;
  • oblique;
  • apical;
  • intraradiculaire (inter-racine).

Toujours dans la littérature, le terme «fibres Sharpey» est souvent trouvé, mais ce n'est pas un autre groupe. Ce sont les parties terminales, partiellement ou complètement calcifiées des fibres parodontales des 6 groupes, qui sont entrelacées, transpercent le ciment et l'os alvéolaire. Les fibres de plus Sharpey sont associées à des protéines non collagéniques (ostéopontine, sialoprotéine osseuse) dans l'os et le ciment (flèche rouge sur la figure), ce qui assure une connexion aussi forte.

Les fibres transseptales (F) parcourent la crête alvéolaire (A) et relient deux dents adjacentes (T). Ils sont souvent appelés fibres gingivales, car ils ne sont pas tissés dans l'os..

Fibres de crête alvéolaire

Ils prennent naissance dans la zone du cément de la racine de la dent immédiatement sous l'épithélium d'attache, vont dans une direction oblique et se fixent à la crête alvéolaire ou au périoste.

Les fibres horizontales, obliques et apicales vont également du cément à l'os. La seule différence est dans quel angle ils sont dirigés et dans quelle partie du ligament parodontal ils sont situés. Les horizontales sont situées à angle droit plus près du bord de l'alvéole dentaire, apicale dans la zone de l'apex radiculaire. Des fibres obliques entre elles, il y en a la plupart. Ce sont eux qui assument la charge verticale qui se produit lors de la mastication et la «transfèrent» sur l'os.

Les fibres inter-racines (comme leur nom l'indique) passent entre les racines d'une dent à racines multiples (de la furcation) à l'os.

En plus des principaux groupes du ligament parodontal, il existe également d'autres fibres de collagène et élastiques moins ordonnées. Les fibres élastiques sont principalement parallèles à la dent dans le tiers cervical de la racine. Ils régulent le flux sanguin dans les vaisseaux du ligament.

Les fibres parodontales sont constamment renouvelées grâce au travail des éléments cellulaires du parodonte.

Cellules parodontales

Les cellules parodontales sont

  • cellules du tissu conjonctif;
  • îlots épithéliaux de Malasse;
  • cellules protectrices (neutrophiles, lymphocytes, macrophages, éosinophiles, mastocytes);
  • éléments cellulaires des nerfs, des vaisseaux sanguins.

Les cellules du tissu conjonctif sont principalement des fibroblastes qui synthétisent le collagène. Ils sont également capables, si nécessaire, de réactions protectrices - phagocytose, hydrolyse.

Plus près de l'os, on trouve des ostéoblastes et des ostéoclastes, des cémentoclastes, des -blastes, des odontoclastes - près de la dent.

Les îlots épithéliaux de Malasse sont des vestiges de l'épithélium muré à côté du ciment, qui s'est effondré lors de l'éruption de la dent. En général, leur rôle n'a pas encore été étudié. On sait seulement qu'avec l'âge, ils peuvent soit disparaître sans laisser de trace, soit se transformer en ciments ou en kystes..

La substance de base remplit l'espace entre les cellules et les fibres. Sa principale différence avec la substance intercellulaire du tissu conjonctif adjacent des gencives est la présence possible de ciments. Ils peuvent être attachés à la dent (1) ou être librement dans le ligament (2):

On sait déjà qu'ils peuvent se former à partir des îlots épithéliaux de Malasse. Mais il existe d'autres sources de leur développement, par exemple:

  • particules de ciment ou d'os;
  • Fibres Sharpey;
  • vaisseaux sanguins calcifiés.

Le ligament parodontal est un élément clé du parodonte. C'est elle qui est responsable de la plupart de ses fonctions. Nous parlerons des fonctions un peu plus tard, mais pour l'instant passons à autre chose..

Ciment dentaire

Le ciment recouvre l'extérieur de la racine de la dent. Cela consiste en

  • fibres de collagène et
  • substance extracellulaire calcifiée.
  • (+ cellules).

(il n'y a pas de vaisseaux dans le ciment)

Les fibres externes sont isolées - Sharpey, du ligament parodontal. Et internes, qui sont directement formés dans le ciment par des cémentoblastes, comme la substance intercellulaire.

Les cellules du ciment ne sont pas partout. Là où il y en a, il y a du ciment cellulaire (CC). Où pas - acellulaire (BC).

Ciment sans cellules

Le ciment acellulaire est également appelé primaire. Il se forme plus tôt que le cellulaire et jusqu'à ce que la dent atteigne son antagoniste, il ne s'obstrue pas. Il couvre la racine jusqu'à la moitié (de la couronne à l'apex). Sur la figure AC, le ciment acellulaire est situé entre la dentine (D) et le ligament parodontal (PL). Vous pouvez voir qu'il est "rayé". Ces rayures, comme des anneaux sur une coupe d'un tronc d'arbre, indiquent les périodes de formation du ciment:

Ciment cellulaire

Le ciment cellulaire se forme une fois que la dent atteint le plan occlusal. Il se trouve dans le tiers apical de la racine et dans la zone de bifurcation. Le ciment cellulaire est moins minéralisé et contient moins de fibres Sharpey. Dans celui-ci (SS), des espaces séparés (lacunes) avec des cémentocytes à l'intérieur sont trouvés. Les cimentocytes sont liés entre eux par des tubules spéciaux. Notez le regroupement des cellules dans le faisceau (PL). Ce ne sont rien de plus que des cémentoblastes:

Les figures montrent que la largeur du ciment est plus grande vers la partie apicale de la racine (environ de 0,1 à 1 mm). Un profil d'âge intéressant: un enfant de 70 ans a trois fois plus de ciment large qu'un enfant de 11 ans.

Le ciment se combine avec l'émail de différentes manières:

  • il y a un écart entre eux (la sensibilité peut déranger);
  • bout à bout;
  • recouvre l'émail.

D'ailleurs, comme on parle déjà d'émail, le ciment est beaucoup moins minéralisé par rapport à lui. Le ciment, en principe, est le plus «mou» parmi les tissus durs de la dentition: il ne contient qu'environ 50% d'hydroxyapatite. Le chiffre est petit par rapport à l'os (65%), la dentine (70%) et l'émail (97%).

En parlant d'os.

Os alvéolaire

L'os alvéolaire fait partie de la crête alvéolaire des parties supérieure et alvéolaire de la mâchoire inférieure. Il est situé juste en dessous du joint émail-ciment (de 1-1,5 mm).

L'os alvéolaire se compose de:

  • l'os alvéolaire lui-même - forme la paroi des alvéoles dentaires, entoure la dent. C'est une sorte de support pour le ligament parodontal; des fibres de Sharpey y sont tissées. Il a de nombreux trous - canaux Volkmann à travers lesquels passent les nerfs et les vaisseaux sanguins.
  • support de l'os alvéolaire - une substance spongieuse recouverte d'une plaque externe d'une substance compacte. La plaque corticale externe recouvre l'extérieur de l'os. Il se compose d'ostéons et est associé au périoste.

Dans la substance spongieuse, d'abord dans l'enfance, il y a une moelle osseuse rouge: il y a de nombreux vaisseaux sanguins nécessaires à la croissance de la mâchoire. Avec l'âge, il est remplacé par une moelle osseuse jaune inactive. Il y a très peu de substance spongieuse des surfaces buccale et vestibulaire, la masse principale est située près des sommets et entre les racines:

Sous l'os alvéolaire se trouve l'os basal, qui n'est plus connecté avec les dents:

L'os alvéolaire est constitué de

  • 2/3 substance inorganique (hydroxyapatite)
  • 1/3 organique (fibres de collagène, protéines, facteurs de croissance)

Cellules de base: ostéoblastes, -cytes, -clastes.

Les ostéocytes sont immurés dans des lacunes comme les cémentocytes.

Les ostéoblastes créent un ostéoïde - un os non minéralisé qui «mûrit» avec le temps et se minéralise.

Les ostéoclastes sont responsables de la résorption osseuse. À l'aide d'enzymes, ils provoquent la dégradation de la matrice organique, puis séquestrent les ions minéraux..

L'os est une structure «dépendante de la dent». Il se forme lorsqu'une dent éclate et disparaît lorsqu'elle est partie:

En outre, les septa interdentaires sont distingués comme une zone topographique distincte. Essentiellement, il s'agit d'un os spongieux, qui est délimité des deux côtés par les plaques corticales des alvéoles dentaires. Selon la distance entre les dents, leur forme est différente: du pointu (flèche blanche) au trapézoïdal (flèche rouge).

Il est également intéressant de noter que dans certaines zones proches de la dent, il peut ne pas y avoir d'os normal ou pathologique. Le défaut atteint parfois le bord de l'os:

Eh bien, c'est la fin de l'histoire sur les composants d'un énorme complexe appelé "parodonte". Leur structure détermine les fonctions importantes qu'ils remplissent, auxquelles chacun des composants contribue. La violation de l'intégrité d'un tel complexe conduit à des maladies parodontales et vice versa, les maladies détruisent les tissus parodontaux.

Et avec cela, et avec un autre, nous essaierons de le comprendre dans les articles suivants.

CRÊTE ALVÉOLAIRE

Le processus alvéolaire est la partie des mâchoires supérieure et inférieure qui s'étend de leur corps et contient des dents. Il n'y a pas de frontière nette entre le corps de la mâchoire et son processus alvéolaire. Le processus alvéolaire n'apparaît qu'après l'éruption des dents et disparaît presque complètement avec leur perte. Dans le processus alvéolaire, deux parties sont distinguées: l'os alvéolaire lui-même et l'os alvéolaire de soutien.

En fait, l'os alvéolaire (paroi alvéolaire) est une fine plaque osseuse (0,1-0,4 mm), qui entoure la racine de la dent et sert de lieu de fixation des fibres parodontales. Il se compose de tissu osseux lamellaire, dans lequel se trouvent des ostéons, est imprégné d'un grand nombre de fibres parodontales perforantes (Sharpey), contient de nombreux trous à travers lesquels les vaisseaux sanguins et lymphatiques et les nerfs pénètrent dans l'espace parodontal.
L'os alvéolaire de support comprend: a) un os compact qui forme les parois externe (buccale ou labiale) et interne (linguale ou orale) du processus alvéolaire, également appelées plaques corticales du processus alvéolaire;
b) os spongieux remplissant les espaces entre les parois du processus alvéolaire et l'os alvéolaire proprement dit.
Les plaques corticales du processus alvéolaire se poursuivent dans les plaques correspondantes du corps de la mâchoire supérieure et inférieure. Ils sont plus épais au niveau des prémolaires inférieures et des molaires, en particulier de la face buccale; dans le processus alvéolaire de la mâchoire supérieure, ils sont beaucoup plus minces que la partie inférieure (Fig. 1, 2). Leur épaisseur est toujours moindre du côté vestibulaire au niveau des dents frontales, au niveau des molaires - plus mince du côté lingual. Les plaques corticales sont formées de plaques longitudinales et d'ostéons; dans la mâchoire inférieure, les plaques environnantes du corps de la mâchoire pénètrent dans les plaques corticales.

Figure: 1. L'épaisseur des parois des alvéoles de la mâchoire supérieure

Figure: 2. L'épaisseur des parois des alvéoles de la mâchoire inférieure

Figure: 3. La structure de la substance spongieuse des alvéoles des dents antérieures (A) et latérales (B)

Figure: 4. La direction des trabécules de l'os spongieux de la partie alvéolaire sur les coupes transversale (A) et longitudinale (B)

Les racines des dents sont fixées dans des évidements spéciaux des mâchoires - les alvéoles. Dans les alvéoles, on distingue 5 parois: vestibulaire, linguale (palatine), médiale, distale et inférieure. Les parois externe et interne des alvéoles sont constituées de deux couches de matière compacte, qui fusionnent à différents niveaux dans différents groupes de dents. La taille linéaire de l'alvéole est un peu plus courte que la longueur de la dent correspondante, et donc le bord de l'alvéole n'atteint pas le niveau de la jonction émail-ciment, et l'apex de la racine, en raison du parodonte, est attaché de manière lâche au bas des alvéoles (Fig.5).

Figure: 5. Le rapport des gencives, de l'apex du septum interalvéolaire et de la couronne dentaire:
A - incisive centrale; B - canine (vue de côté)

Processus alvéolaires: structure, types, fonctions

Parlant de l'anatomie de la mâchoire humaine, supérieure et inférieure, il est impossible de ne pas aborder le sujet de cet article. Les processus alvéolaires, et nous en parlerons, ont des caractéristiques structurelles remarquables pour l'étude et la familiarisation et remplissent un certain nombre de fonctions importantes. Faisons référence à leur définition détaillée, aux caractéristiques des composants, parlons de leur signification pour la formation de la dentition et des procédures dentaires.

Analyser le concept

Jetons d'abord un coup d'œil à la définition. Les processus alvéolaires (alvéole dans ce cas - une cellule, un trou pour une dent, ses racines) sont des composants de la mâchoire supérieure et inférieure, dont le but est de porter les dents. Ils se distinguent par une forme conique et une structure spongieuse; hauteur - quelques millimètres. Il est d'usage d'appeler l'élément de la mâchoire supérieure un processus; en bas, cette formation s'appelle la partie alvéolaire.

Le processus alvéolaire de la mâchoire est:

  • os avec ostéons (parois des alvéoles dentaires);
  • os de soutien rempli de compacte spongieux.

La forme de la crête de l'appendice est très diverse:

  • semi-ovale;
  • rectangulaire;
  • pinéale;
  • épineux;
  • tronqué;
  • triangulaire;
  • avec un cône tronqué, etc..

Le tissu osseux du processus lui-même et des alvéoles cellulaires dentaires est reconstruit tout au long de la vie humaine. Cette évolution est associée à une modification du niveau de stress subi par les dents..

Caractéristiques structurelles

Les processus alvéolaires des mâchoires sont composés de trois éléments, tels que:

  • paroi externe buccale (labiale pour les dents antérieures);
  • substance spongieuse avec des trous dans lesquels se trouvent les dents;
  • paroi linguale interne.

La composition des parois linguales et labiales est une substance compacte. Ensemble, ils forment la couche corticale (corticale) du processus avec les alvéoles, recouvertes d'un périoste (le film de tissu conjonctif entourant l'os). Sur la surface intérieure, cette couche est plus fine que sur l'extérieur. Sur les bords des alvéoles, la couche interne se développe avec la couche externe, formant la soi-disant crête. Il est situé 1 à 2 mm sous la jonction ciment-émail des dents.

Les alvéoles elles-mêmes sont séparées les unes des autres par des cloisons osseuses. Entre les dents de devant, elles sont pyramidales, entre les dents latérales, elles sont trapézoïdales. Si une dent est multi-enracinée par nature, il y a aussi entre ses racines ramifiées des septa inter-racines. Ils sont un peu plus courts que la racine et généralement plus minces que l'interdental.

L'os alvéolaire est formé à la fois d'éléments organiques et inorganiques, l'avantage ici est pour le collagène. Son tissu osseux est constitué d'ostéocytes, d'ostéoclastes et d'ostéoblastes. En outre, toutes les parties de l'appendice sont imprégnées d'un système tubulaire pour le système nerveux et circulatoire..

Fonctions importantes

Les processus alvéolaires des mâchoires remplissent quelques fonctions, mais importantes, telles que:

  • Fixation dentaire, formation de la dentition.
  • Changements de structure en cas de perte de dents.
  • Dans une partie des parois des alvéoles: néoplasme du tissu osseux et sa résorption (destruction, dégradation, résorption).

Os alvéolaire de la mâchoire supérieure

L'alvéolaire est l'un des quatre processus de la mâchoire supérieure, il continue son corps vers le bas. Il se présente sous la forme d'une crête osseuse courbe et arquée, convexe vers l'avant. Il contient 8 trous-alvéoles pour les dents et leurs racines. Chacun d'eux fait partie de cinq parois: inférieure, distale, médiale, orale et vestibulaire. De plus, leurs bords n'entrent pas en contact avec l'émail de la dent, et sa racine n'entre pas en contact avec le fond des alvéoles. Il s'avère logiquement que le trou est beaucoup plus large que la racine de la dent..

La forme et la taille de chacune des alvéoles dépendent de la dent qui y est placée. Le plus petit est au niveau des incisives et le plus profond, respectivement, au niveau de la canine - 1,9 cm.

Processus alvéolaire de la mâchoire inférieure

La mâchoire inférieure est un os non apparié. Elle est la seule crânienne qui peut bouger. Se compose de deux parties symétriques qui se développent ensemble après un an de vie. Comme dans la mâchoire supérieure, les processus alvéolaires sont responsables de la fixation des dents ici. Ils sont les premiers à être sous pression lors de la mastication des aliments, et ils sont les premiers à commencer à se reconstruire pendant le traitement et les prothèses. Ainsi, toute violation de la fonctionnalité de la dentition entraîne des modifications correspondantes de la crête alvéolaire..

En dentisterie

De ce qui précède, il s'ensuit que le placement de la dentition dépend de la forme, de l'anatomie, des fonctions et du développement du processus alvéolaire. Bien que les septa interdentaires prennent leur apparence finale après l'éruption des dents, le processus lui-même change tout au long de la vie d'une personne, réagissant vivement aux problèmes dentaires. Par exemple, la crête alvéolaire diminue en l'absence de charge - après la perte de dents et une nouvelle prolifération des alvéoles dentaires.

La hauteur du processus alvéolaire lui-même dépend d'un certain nombre de facteurs individuels - âge, défauts de dentition, présence de maladies dentaires. S'il est petit (d'une manière différente - le volume de tissu osseux de l'appendice avec les alvéoles dentaires est insuffisant), l'implantation dentaire des dents devient impossible. Pour corriger la situation, une greffe osseuse spéciale est réalisée.

Le diagnostic des processus alvéolaires est réduit à une méthode, mais plutôt efficace - rayons X.

La tâche principale des processus alvéolaires - les réceptacles pour les alvéoles dentaires, comme nous l'avons découvert - est de maintenir la dent dans une certaine position. Le comportement, les fonctions, la structure de ces processus affectent directement toute la dentition et vice versa - ces éléments sont interdépendants. Tout comme une dent perdue peut changer l'aspect de la crête alvéolaire (en particulier, la crête alvéolaire), cette dernière, avec sa hauteur et sa structure, détermine en grande partie l'image globale de la dentition.

Processus alvéolaire - Processus alvéolaire

os alvéolaire
les détails
Identifiants
LatinOS alvéolaire
T.A..A02.1.12.035
FMA52897
Conditions anatomiques de l'os

L'os alvéolaire (/ æl v i яl ər /) (également appelé os alvéolaire) est une crête osseuse épaissie qui contient l'alvéole dentaire (alvéoles dentaires) sur l'os de la mâchoire qui retient les dents. Chez l'homme, les os porteurs de dents sont la mâchoire maxillaire et inférieure. La partie incurvée de chaque crête alvéolaire de la mâchoire est appelée arc alvéolaire..

contenu

  • 1 Structure
  • 2 Composition [4]
  • 3 Signification clinique
    • 3.1 Perte osseuse alvéolaire
    • 3.2 Troubles du développement
    • 3.3 Pathologie
    • 3.4 Inoculation osseuse alvéolaire
  • 4 Images supplémentaires
  • 5 Références
  • 6 Liens externes

Composition

Dans la mâchoire supérieure, le processus alvéolaire est une crête sur la surface inférieure et dans la mâchoire inférieure, c'est une crête sur la surface supérieure. Il constitue la partie la plus épaisse de la mâchoire.

L'os alvéolaire contient une zone d'os compact adjacente au ligament parodontal (PDL), appelée la dure-mère lorsqu'elle est vue sur les radiographies. C'est cette partie qui est attachée au ciment des racines à l'aide du ligament parodontal. Uniforme radio-opaque (ou plus léger). L'intégrité de la dure-mère est importante lors de l'examen de la radiographie pour des lésions pathologiques..

L'os alvéolaire a un os de soutien, qui ont tous les deux les mêmes composants: protéines, cellules, substances intercellulaires, nerfs, vaisseaux sanguins et vaisseaux lymphatiques.

L'os alvéolaire est la muqueuse d'une alvéole dentaire ou d'alvéoles (pluriel, alvéoles). Bien que l'os alvéolaire soit composé d'os compact, il peut être appelé plaque ethmoïde car il contient de nombreuses ouvertures où les canaux de Volkmann s'étendent de l'os alvéolaire au PDL. L'os alvéolaire lui-même est également appelé le faisceau d'os car les fibres de Sharpey, qui font partie des fibres PDL, sont insérées ici. Semblable à celle de la surface du ciment, les fibres pointues dans l'os alvéolaire proprement dit sont insérées chacune à un angle de 90 degrés ou à un angle droit, mais en plus petit nombre, bien que plus épais en diamètre que ceux présents dans le ciment. Comme dans le ciment cellulaire, les fibres de Sharpey dans l'os ne sont généralement que partiellement minéralisées à leur périphérie..

La crête alvéolaire est le col le plus correct du bord de l'os alvéolaire. En situation saine, la crête alvéolaire est légèrement apicale par rapport à la jonction cémento-émail (CEJ) d'environ 1,5 à 2 mm. Les crêtes alvéolaires des dents adjacentes sont également de hauteur uniforme le long de la mâchoire dans une situation saine.

L'os alvéolaire de soutien est composé d'os cortical ainsi que d'os spongieux. L'os cortical, ou plaques corticales, est constitué de plaques d'os compact sur les surfaces faciale et linguale de l'os alvéolaire. Ces plaques corticales ont généralement une épaisseur d'environ 1,5 à 3 mm sur les dents postérieures, mais l'épaisseur varie considérablement autour des dents antérieures. L'os trabéculaire est constitué d'os spongieux, situé entre l'os alvéolaire et les plaques appropriées de l'os cortical. L'os alvéolaire entre deux dents adjacentes est les septa interdentaires (ou os interdentaires).

Composition

Matrice inorganique

L'os alvéolaire est constitué à 67% de matière inorganique en poids. Le matériau inorganique est principalement composé du calcium minéral et du phosphate. Teneur en minéraux principalement sous forme de cristaux d'hydroxyapatite de calcium.

Matrice organique

Le reste de l'os alvéolaire est en matière organique (33%). La matière organique est composée de collagène et de matière non collagène. Le composant cellulaire du tissu osseux est composé d'ostéoblastes, d'ostéocytes et d'ostéoclastes.

  • Les ostéoblastes sont généralement cubiques et de forme légèrement allongée. Ils sont synthétisés sous forme de protéines osseuses sans collagène. Ces cellules ont des niveaux élevés de phosphatase alcaline sur la surface externe de leur membrane plasmique. Les fonctions des ostéoblastes sont la formation de tissu osseux en synthétisant la matrice organique de l'os, des cellules pour communiquer et maintenir la matrice osseuse des cellules.
  • Les ostéocytes sont des ostéoblastes modifiés qui se retrouvent piégés dans les lacunes lors de la sécrétion de la matrice osseuse. Les ostéocytes ont des processus appelés tubules qui proviennent de lacunes. Ces tubules transportent l'oxygène et les nutriments vers les ostéocytes par le sang et l'élimination des produits métaboliques.
  • Les ostéoclastes sont des cellules géantes multinucléées. Ils sont dans les lacunes de Hausheep.

Signification clinique

Perte osseuse alvéolaire

L'os est perdu pendant le processus de résorption, qui implique des ostéoclastes décomposant le tissu osseux dur. Le signe clé de la résorption est lorsque l'érosion dentelée se produit. Ceci est également connu comme les lacunes de Hausheep. La phase de résorption se poursuit jusqu'à la durée de vie des ostéoclastes, qui est d'environ 8 à 10 jours. Après cette phase de résorption, les ostéoclastes peuvent continuer à résorber la surface dans un autre cycle, ou effectuer une apoptose. La phase de récupération suit la phase de résorption, qui dure 3 mois. Chez les patients atteints de maladie parodontale, l'inflammation dure plus longtemps et pendant la phase de réparation, la résorption peut remplacer toute formation osseuse. Cela se traduit par une perte nette d'os alvéolaire.

La perte osseuse alvéolaire est étroitement liée à la maladie parodontale. La maladie parodontale est une inflammation des gencives. Des études en ostéo-immunologie ont proposé un modèle 2 de perte osseuse alvéolaire. Un modèle soutient que l'inflammation est causée par un pathogène parodontal qui active le système immunitaire acquis pour inhiber la jonction osseuse, limitant la formation de nouveaux os après la résorption. Un autre modèle prétend que la cytokinèse peut inhiber la différenciation des ostéoblastes de leurs précurseurs, limitant ainsi la formation osseuse. Cela se traduit par une perte nette d'os alvéolaire.

Troubles du développement

Les troubles du développement en anodontie (ou hypodontie, si une seule dent), dans lesquels les microbes dentaires sont congénitaux absents, peuvent influencer le développement des processus alvéolaires. Ce phénomène peut empêcher les processus alvéolaires du maxillaire ou de la mandibule de se développer. Un développement correct est impossible, car l'unité alvéolaire de chaque arcade dentaire doit être formée en réponse aux microbes dentaires dans cette zone.

pathologie

Après l'extraction dentaire, un caillot sanguin dans les alvéoles se remplit d'os immature, qui sera ensuite réparé en un os secondaire mature. Cependant, en cas de perte partielle ou complète des dents, l'os alvéolaire subit une résorption. L'os basal sous-jacent du corps du maxillaire ou de la mandibule reste cependant moins affecté, car il ne nécessite pas de dents pour rester viables. La perte d'os alvéolaire, combinée à l'abrasion dentaire, entraîne une perte de hauteur dans le tiers inférieur de la dimension verticale du visage lorsque les dents sont à leur tubercule maximal. L'ampleur de cette perte est déterminée par un jugement clinique en utilisant le Golden Ratio.

La densité de l'os alvéolaire dans cette zone détermine également la voie que les infections dentaires empruntent pour former un abcès, ainsi que l'efficacité de l'infiltration locale lors de l'utilisation de l'anesthésie locale. De plus, la différence de densité du processus alvéolaire détermine les zones les plus simples et les plus pratiques de la fracture osseuse, qui seront utilisées, si nécessaire, lors de l'extraction dentaire des dents incluses..

Dans la maladie parodontale chronique qui affecte le parodonte (parodontite), le tissu osseux localisé est également perdu.

Inoculation du processus alvéolaire

La greffe osseuse alvéolaire en dentoalvéolaire mixte fait partie intégrante de la voie de reconstruction de la fente labiale et palatine chez les patients. La reconstruction de l'espace alvéolaire peut offrir des avantages à la fois esthétiques et pratiques au patient. La greffe osseuse alvéolaire peut également apporter les avantages suivants: stabilisation de l'arcade maxillaire; aide à l'éruption canine, et parfois une incisive d'éruption latérale; offrir un support osseux pour les dents situées à côté d'une fente; soulevez la base ALAR du nez; aider à sceller la fistule oro-nasale; permettre l'insertion de renfort en titane dans la région greffée et obtenir de bonnes conditions parodontales à l'intérieur et à proximité de la crevasse. Le moment de la greffe osseuse alvéolaire tient compte à la fois de l'éruption de la canine et de l'incisive latérale. Le moment optimal pour la chirurgie de greffe osseuse est lorsque la fine coque de l'os recouvre encore la prochaine éruption de l'incisive latérale ou de la canine près de la fissure.

  • Greffe osseuse primaire: La greffe osseuse primaire est censée: éliminer la carence osseuse, stabiliser l'étape pré-maxillaire, synthétiser une nouvelle matrice osseuse pour la dentition dans la zone de la crevasse et multiplier la base AlaR. Cependant, la procédure de greffe osseuse précoce est laissée dans la plupart des fentes labiales et palatines du monde entier en raison de nombreuses déficiences, y compris de graves troubles de la croissance du tiers moyen du squelette facial. une technique a été trouvée qui comprend une suture voméro-prémaxillaire opératoire pour inhiber la croissance de la mâchoire supérieure.
  • Greffe osseuse secondaire: La greffe osseuse secondaire, également appelée greffe osseuse mixte, est devenue une procédure bien établie après l'échec de la greffe osseuse primaire. Les prérequis incluent un timing précis, une technique opératoire et des tissus mous vascularisés de manière acceptable. Les avantages de la greffe osseuse primaire, qui permettent aux dents de faire éruption à travers les os greffés, demeurent. De plus, la greffe osseuse secondaire stabilise la voûte plantaire de la mâchoire supérieure, améliorant ainsi la condition des traitements prothétiques tels que les couronnes, les ponts et les implants. Il aide également à l'éruption des dents en augmentant la quantité d'os dans la crête alvéolaire, permettant un traitement orthodontique. Le support osseux des dents adjacentes à la crevasse est une condition préalable à la fermeture orthodontique des dents dans la zone de la crevasse. Par conséquent, de meilleures conditions d'hygiène sont atteintes, ce qui contribue à réduire la formation de caries dentaires et d'inflammation parodontale. Les problèmes de parole causés par un positionnement incorrect des articulateurs ou par une fuite d'air à travers la connexion oronasale peuvent également être améliorés. La greffe osseuse secondaire peut également être utilisée pour renforcer la base ALAR du nez pour obtenir une symétrie du côté non fendu, améliorant ainsi l'apparence du visage..
  • Greffe osseuse secondaire tardive: La greffe osseuse a un taux de réussite plus faible lorsque la canine est en éruption après que la canine est réalisée par rapport à avant l'éruption. Il a été constaté que la possibilité de fermeture orthodontique d'une fente de l'arcade dentaire est moindre chez les patients vaccinés avant l'éruption canine que chez ceux après l'éruption canine. La procédure chirurgicale consiste à percer plusieurs petits trous à travers le cortex dans la couche spongieuse, ce qui favorise la croissance des vaisseaux sanguins dans la greffe.

Images supplémentaires

Ce film radiographique révèle une certaine perte osseuse du côté droit de la mandibule. Les dents collées montrent une mauvaise relation couronne-racine et peuvent être sujettes à un traumatisme occlusal secondaire.

Articles À Propos Pharyngite